Le poêle à bois revient en force. Depuis quelques années, ce chauffage d’appoint par excellence séduit à nouveau par son authenticité. Il plaît également grâce à un pragmatisme à toute épreuve. Il est peut-être temps de rénover un vieux modèle pour le remettre au bout du jour. De plus, l’entretien périodique reste facile.

La rénovation d’un poêle à bois

Souvent en fonte ou acier renforcé, le poele a bois nordica extraflame donne du cachet à la maison. Il mérite amplement sa place dans le salon ou la véranda isolée. Un grand dépoussiérage devrait le remettre en marche après des années de répits. La première chose à faire serait de vérifier si l’équipement est encore en état de chauffer. Des normes en matière d’émission de particules sont en vigueur. Ce serait préférable de se renseigner sur les restrictions environnementales concernant les vieux modèles de foyers. Il faut que la paroi soit exempte de rouille ou de dégradation sévère.

Puis, il faudra décaper l’intérieur pour enlever la crasse. Un simple grattage avec une spatule pour enduit devrait se débarrasser de la matière grasse et des cendres. Ce ramonage en profondeur demande le port de dispositifs de protection tels qu’un masque et une paire de lunettes. Une brosse métallique devrait venir à bout des points de corrosion ainsi que les dépôts de suie. Ces résidus risquent de dégager trop de fumée une fois le feu allumé. Une solution à base de vinaigre blanc ou de phosphate trisodique devrait aussi dégraisser la surface intérieure du chauffage. L’application de produit antirouille est indispensable pour la rénovation. Cette précaution tient pour l’extérieur et l’âtre. Deux bonnes couches devraient suffire. En ce qui concerne la couleur, le mieux serait de noircir l’appareil avec de la poudre de graphite. Une peinture pour cheminée pourrait aussi convenir.

L’entretien quotidien et le ramonage du chauffage

Un entretien journalier est nécessaire pour éviter l’accumulation de bistres. Ces résidus issus de la combustion du bois réduisent la performance du poêle. Au fil du temps, ces plaques ont tendance à durcir et s’incruster profondément à la paroi. C’est une raison de plus de les enlever quotidiennement si possible. L’encrassement est amoindri avec des bûches convenablement sèches. Les spécialistes recommandent une matière végétale avec moins de 20 % d’humidité. À ce niveau, le chauffage émet moins de fumée.

Dans tous les cas, il faut le raccorder à une cheminée. Puis, l’entrée devrait normalement être fermée. Les modèles les plus récents ont une ouverture en verre trempé ou des petites fenêtres latérales transparentes pour permettre d’observer le feu. Les déclinaisons avec granulés disposent aussi d’un distributeur automatique incorporé au-dessus du foyer. Lors de l’entretien périodique, il faut s’assurer que l’arrivée d’air fonctionne correctement. Cela évite l’accumulation de gaz. La sortie devrait parfaitement évacuer la fumée. Si le décrassage est à la portée de tous, le ramonage du système de chauffage à bois devrait être fait par un professionnel. C’est une condition exigée par l’assureur qui réclame même un certificat en bonne et dûe forme. Un pan entier des départs de feu est imputé aux cheminées mal entretenues. L’opération se fait annuellement, notamment avant l’hiver.

 

 

Catégories : Guide Rénovation

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *