Quand on parle d’autoconsommation, il est aussi question d’autonomie énergétique. Pour de l’autoconsommation, il faut consentir à un investissement pour des panneaux solaires photovoltaïques. En matière d’autoconsommation, la France est encore bien loin des géants du secteur. Seulement 20 000 foyers sont en autoconsommation énergétique contre plus de 1 500 000 en Allemagne et plus de 750 000 en Grande-Bretagne.

L’autoconsommation, comment y parvenir ?

Avant de vous lancer dans un projet d’autoconsommation, l’installation de panneaux solaires est une condition irrémédiable. Les panneaux seront placés sur une surface bien exposée au soleil.  Évidemment, avec colibri.solar, ce sera le toit ou votre jardin. L’orientation au nord est à éviter. Pour que le rendement de vos panneaux soit optimal, donnez-leur une inclinaison comprise entre 30 et 35°. Votre installation comprendra également un onduleur, qui convertira le courant continu issu de la transformation solaire en courant alternatif 220 V.

Ces onduleurs sont reliés à un compteur électrique intelligent. Effectivement, le compteur est à la fois un compteur de consommation, mais qui compte aussi la quantité de la production. Toute votre installation sera par la suite bien entendu raccordée au réseau national d’électricité. Pourquoi est-ce important ? De cette manière, vous serez en mesure de vendre votre surplus de production, mais aussi de comptabiliser votre consommation via votre fournisseur habituel.

Parvenir à l’autoconsommation individuelle

Une autoconsommation individuelle signifie que vous consommez vous-même la totalité de l’électricité produite sur votre terrain. La consommation peut se faire dans l’immédiat ou bien en différer si l’installation possède des batteries solaires. Pour rappel, l’autoconsommation est le fait de dépenser soi-même l’énergie que l’on produit. Les sources d’énergie peuvent être solaires, hydrauliques ou éoliennes. L’autoconsommation solaire photovoltaïque est la plus répandue.

Synchroniser consommation et production

Dans le cas présent, il est rare que la production colle parfaitement avec le pic de consommation d’électricité, généralement la matinée et le soir. Une grande partie de la production se fait la journée. C’est là qu’investir dans un système de stockage est intéressant. Sans ce système, il est presque impossible de parvenir à l’autoconsommation énergétique complète. Mais il sera toujours question d’autoconsommation. En France, la part d’autoconsommation tourne approximativement autour de 20 à 40 %.

Les aides de l’État à l’autoconsommation

Sachez que pour un projet d’autoconsommation, vous pourrez bénéficier des différents aides mis en place par l’État. La plus notable pour les particuliers et les professionnels, c’est assurément la prime à l’autoconsommation. Le montant que vous pouvez recevoir dépendra entièrement de la puissance délivrée par votre installation. 400 € par kWc (Kilowatt crête) est le montant annoncé. Pour obtenir cette prime, différentes conditions sont à remplir. L’une d’entre elles c’est votre capacité à pouvoir revendre le surplus de production.

Un achat disponible à crédit

Depuis 2014, il existe ce qu’on appelle le crédit d’impôt photovoltaïque, conçu en remplacement du crédit d’impôt pour la transition énergétique. Cette formule de crédit comprend un crédit pour l’installation de tout le système (gestion, consommation, production). Vous pouvez optimiser grandement les couts liés à l’autoconsommation avec l’ensemble de ces aides. Pour information, le crédit d’impôt peut atteindre les 30 % du prix du dispositif.

Catégories : Construction Ecologique

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *